KAIROUAN


KAIROUAN
KAIROUAN

KAIROUA

Après la victoire des Arabes sur les Byzantins en 647, S 稜d 稜 ‘Uqba ibn N fi‘ fonda en 670, à 60 kilomètres de Sousse, Kairouan ou Qayraw n (terme qui signifie place d’armes). C’était un campement permanent, à l’abri des attaques de la flotte byzantine, qui devait servir de base opérationnelle pour lutter contre les Berbères.

Importante ville de Tunisie (102 000 hab. en 1995), la cité moderne comporte, comme les autres villes du Maghreb, une kasbah où se trouvent le centre administratif, les résidences des notables locaux et les souks regroupant les activités commerciales et artisanales. Les principales industries sont la fabrication des tapis et des couvertures de laine. La ville, jadis réputée pour le travail du cuir et pour celui du cuivre, fut la capitale musulmane et la résidence des gouverneurs arabes. Occupée par les Berbères en 689, elle connut un siècle de révoltes et de luttes contre les kh ridjites. En 772, Yaz 稜d ibn ネ tim prend possession de Kairouan, rebâtit la Grande Mosquée, fait aménager les souks pour chaque corps de métiers et mérite le surnom de «second fondateur de la ville». Ibr h 稜m ibn Aghlab reconnaît tout d’abord la suzeraineté de H r n al-Rash 稜d puis s’affranchit de Bagdad moyennant un tribut annuel et, à partir de 800, constitue une dynastie indépendante qui se maintiendra un siècle. Sous les Aghlabides, Kairouan connaît son apogée. Pour assurer l’alimentation en eau potable, les princes de cette dynastie, Ziy dat All h Ier et Ibr h 稜m, font construire châteaux d’eau et citernes dont le bassin des Aghlabides préserve le souvenir. La Grande Mosquée est l’objet de plusieurs remaniements. Kairouan est aux IXe et Xe siècles un sanctuaire et une grande ville de commerce. C’est aussi une ville de science renommée pour son école de droit malékite et son école de médecine formée par Is ム q ibn ‘Imr n.

Au milieu du Xe siècle, la ville connaît des troubles, et le calife Ism ‘ 稜l al-Man ル r établit sa résidence à al-Man ル riya, qu’il avait fait construire à quelque distance de Kairouan. Au début du XIe siècle, les Z 稜rides rompent avec les F timides; ils installent leur résidence à Kairouan en 1048 et reconnaissent la suzeraineté du califat de Bagdad. Les F timides déclenchent alors l’invasion hilalienne qui aura de profondes conséquences. Dès lors, le Maghreb tourne le dos à l’Orient. Kairouan, ruinée en 1057, ne se relèvera pas de ce désastre: la décadence s’accentue sous la dynastie berbère des Haf ルides (1228-1574). Maltraitée par les princes de Tunis, la population de Kairouan est en révolte permanente. Depuis la fin du XVIe siècle et tout au long du XVIIe, la région devient l’enjeu des rivalités entre Turcs et Espagnols. En 1702 ネusayn ibn ‘Al 稜, fondateur de la dynastie ムusaynite, relève Kairouan de ses ruines, restaure l’enceinte et de nombreuses mosquées. Après une nouvelle période de troubles graves au milieu du XVIIIe, la ville devient, en 1784, «la plus grande ville du royaume après Tunis». Vivant sous le contrôle étroit des Turcs Ottomans, Kairouan conserve son caractère de ville sainte musulmane où le fanatisme hostile aux chrétiens persiste jusqu’à la fin du XIXe siècle. Après la signature du traité du Bardo (1881), Kairouan sera un des foyers de la résistance au protectorat français.

L’importance du passé de Kairouan est attestée par de nombreux édifices. S 稜d 稜 ‘Uqba fit édifier en 670 une des plus grandioses mosquées du monde musulman. ネasan ibn Nu‘m n remplace l’édifice primitif par une nouvelle mosquée en 695; celle-ci, devenue trop petite, est agrandie en 723 aux frais de Hish m, le calife omeyyade de Damas, qui lui fait donner les dimensions de la mosquée actuelle. Le minaret carré aurait été commencé à ce moment. Construit en brique du côté nord, dans l’axe du mihrab, il a 30 mètres de hauteur pour environ 10 mètres à la base. Le modèle de cette tour à trois étages en retrait doit être recherché dans le Phare d’Alexandrie. En 774, le gouverneur Yaz 稜d ibn ネ tim fait à son tour abattre toute la mosquée, à l’exception du mihrab, et la reconstruit à nouveau. Cet édifice aurait été remplacé en 836 par un autre, œuvre de l’Aghlabide Ziy dat All h. La grande mosquée actuelle ne comprendrait donc, hormis le mihrab désormais enfermé entre deux murs et visible à travers une fenêtre grillagée, aucun élément antérieur au IXe siècle.

L’ensemble de la cour et de l’oratoire devait avoir à l’origine les dimensions actuelles (80 mètres de large et 135 mètres de profondeur); un peu plus du tiers finira par être occupé par la salle de prière. Celle-ci comprend dix-sept nefs à toit plat orientées perpendiculairement au mur de la qibla avec une nef centrale plus haute et plus large. À l’intérieur, 414 colonnes monolithes, provenant de monuments antiques, supportent le toit plat. Chaque chapiteau repose sur une imposte qui reçoit la retombée d’un arc légèrement outrepassé, des tirants renforçant les piles des arcs alignés en profondeur. En 836, la salle de prière de Ziy dat All h comprend quatre travées dont une plus large au fond. Devant le mihrab l’intersection de la nef centrale et de la travée large est surmontée d’une coupole à larges côtes reposant sur un tambour octogonal aux faces légèrement concaves dressé sur un massif carré creusé de niches. En 862, Ab Ibr h 稜m agrandit l’oratoire de trois travées vers le nord. En 875, Ibr h 稜m II construit encore trois travées aux dépens de la cour, également amputée sur les trois autres côtés par des galeries doubles. Ainsi la salle de prière s’ouvrira désormais sur la cour par treize arcs. Au-dessus de l’entrée, une seconde coupole à côtes sur tambour percé de fenêtres, la qubba B b al-Bahw, repose sur un premier tambour carré. La salle de prière, au terme de ses agrandissements, compte dix travées et présente un plan basilical où la nef centrale et la travée terminale font apparaître un tracé en T. Les épais murs en brique, dotés de contreforts, sont percés de quatorze portes. À l’est, un porche couvert d’une coupole à côtes, le B b Lalla Rayh na, s’ouvre dans un saillant carré. Les influences de l’art ‘abb sside se traduisent par l’emploi de carreaux de faïence à reflets métalliques analogues à ceux de Samarr , par l’usage du défoncement des façades en niche plate ou en cul de four et par des trompes pour le passage du carré au polygone. La Grande Mosquée de Kairouan est l’œuvre capitale du Maghreb, comme la Grande Mosquée de Cordoue l’est de l’Espagne.

À l’époque aghlabide appartient le petit oratoire connu sous le nom de mosquée des Trois-Portes, élevé en 866; il comporte une façade à arcatures en fer à cheval et trois nefs divisées en profondeur par trois travées. Trois autres monuments sont à signaler à Kairouan: la Z wiya de S 稜d 稜 プ ムib, dite mosquée du Barbier, datant du Ier siècle, a été remaniée au XVIIe siècle; l’agréable ensemble architectural actuel, œuvre de Hamm da bey, comprend une medersa, un oratoire et un tombeau; à la Z wiya de S 稜d 稜 Abeid al-Ghayrani, construite peut-être par un prince hafside en 1325, la salle de prière est divisée en trois nefs transversales, et le tombeau du saint s’élève près du mihrab. Le plus récent des monuments religieux est la Z wiya S 稜d 稜 ‘Ameur Abb da; connue sous le nom de mosquée des Sabres, elle contient la sépulture d’un santon mort en 1871. La construction est remarquable par ses cinq coupoles à côtes reposant sur le cube par un tambour polygonal percé de fenêtres. Les défenses primitives de la ville, élevées au VIIIe siècle, ont été démolies à plusieurs reprises mais l’enceinte actuelle, qui remonte au XVIIIe siècle, présente encore un caractère très médiéval, avec ses portes coudées comme Bab al-Khukha et ses murs de brique flanqués de contreforts et de saillants semi-circulaires reliés par un chemin de ronde que protège un parapet à merlons.

Kairouan
v. de Tunisie, au S.-E. de Sousse; 96 000 hab.; ch.-l. du gouvernorat du m. nom. Centre religieux (pèlerinage) et d'artisanat.
La Grande Mosquée, fondée en 670, reconstruite au IXe s., compte parmi les chefs-d'oeuvre de l'art de l'islam. Mosquée des Trois-Portes (866).
La ville fut fondée en 670. Capitale religieuse et politique de l'Ifriqiyya, elle connut, sous la dynastie des Aghlabides (IXe s.), une période brillante. Dévastée par des tribus nomades au XIe s., elle se releva au XVIIe s.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Kairouan — DMS …   Deutsch Wikipedia

  • KAIROUAN — (Qairuwān) Tunisian town situated 77 mi. (125 km.) S. of tunis . Kairouan was founded in 670 by ʿUqbaibn Nāfiʿ, the Arab conqueror of North Africa. For about four centuries it was the government center and the capital of the aghlabids , the… …   Encyclopedia of Judaism

  • Kairouan —   [kaɪru aːn, kɛr van, französisch], arabisch Al Qairawan [ kaɪ ], Stadt in Zentraltunesien, im Becken von Kairouan in der Tieflandsteppe, 60 m über dem Meeresspiegel, 72 300 Einwohner; eine der vier heiligen Städte des Islams (Pilgerstätte);… …   Universal-Lexikon

  • Kairouan — [ker wän′] city in NE Tunisia: holy city of the Muslims: pop. 103,000 …   English World dictionary

  • Kairouan — 35° 40′ N 10° 05′ E / 35.67, 10.09 …   Wikipédia en Français

  • Kairouan — Infobox World Heritage Site WHS = Kairouan State Party = TUN Type = Cultural Criteria = i, ii, iii, v, vi ID = 499 Region = Arab States Year = 1988 Session = 12th Link = http://whc.unesco.org/en/list/499Kairouan (Arabic القيروان) (also known as… …   Wikipedia

  • Kairouan — Fr. /kerdd wahonn /, n. a city in NE Tunisia: a holy city of Islam. 54,000. Also, Kairwan /kuyeur wahn /. * * * or Al Qayrawān City (pop., 1994: 102,600), northeastern Tunisia. A religious centre of Islam, it was founded in 670 by the Arab… …   Universalium

  • Kairouan — Original name in latin Kairouan Name in other language Al Qayrawan, Al Qayrawn, Al Kayrawan, Al Kayrawn, Al Qayrawan, Al Qayrawn, Kairouan, Kairuan, Kairuanas, Kairun, Kairwan, Kajruan, Kajruano, Kayravan, Keruan, QKN, Qairawan, Qairawn, Qairouan …   Cities with a population over 1000 database

  • Kairouan — geographical name city NE Tunisia population 54,546 …   New Collegiate Dictionary

  • Kairouan — Al Qayrawan …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.